Ce qui reste à Vegas. Laura Ziepe

 

Ce qui se passe à Vegas, reste à Vegas. C’est ce que l’on entend toujours dire, mais il arrive parfois que les événements survenus sur place soient si importants qu’ils retournent les vies des personnes présentes. En bien ou en mal selon les cas, mais il est très rare de repartir de cette cité sans en garder de souvenirs marquants.

J’ai débuté cette lecture avec, comme souvent, une petite idée en tête sur ce que j’allais y trouver et j’ai été étonnée de commencer l’aventure du point de vue d’une amie d’Emma. Je me suis dit que c’était intéressant d’avoir l’opinion de ses proches, mais je ne m’attendais pas à ce que ce roman nous raconte non pas une mais trois histoires les unes imbriquées dans les autres. Entre culpabilité, regret et prises de conscience, Holly, Kim et Emma nous dévoilent leurs pensées les plus profondes, ainsi que leurs failles et leurs blessures, ce qui les rend plus qu’attachantes.

Et je pense que ce qui a fonctionné chez moi c’est que malgré leurs différences, malgré l’image qu’elles revoient au monde, je me suis reconnue en chacune d’elles. Pas en intégralité bien évidemment mais de par les problèmes qu’elles affrontent et les doutes qu’elles émettent, elles reflètent ce que nous pouvons tous vivre à un moment donné de notre existence. De ce fait, on a envie de les soutenir, de les aider et même de se révolter face à tant d’injustice parfois. En bref, on se sent indéniablement concerné par leurs histoires et on a clairement envie de les voir s’épanouir chapitre après chapitre.

Pour cela on peut compter sur Laura Ziepe qui expose donc des relations complexes pas toujours saines d’ailleurs malgré les apparences, mais qui pousse aussi ses héroïnes à se remettre en question et à prendre conscience de leurs désirs et de leurs besoins. De ce fait, les trois acolytes apprennent énormément sur elles-mêmes durant ce séjour dans la ville de tous les péchés et en ressortiront d’une façon ou d’une autre grandis.

Je dois bien avouer qu’au départ je n’ai pas bien su où voulait nous embarquer l’autrice mais une fois les personnalités cernées, une fois les sentiments dévoilés, j’ai pris beaucoup de plaisir à espérer le meilleur pour ces trois drôles de dames au grand cœur. Comment pourrait-il en être autrement ? Les derniers chapitres concluent parfaitement ce roman imprimant un sourire sur le visage de la lectrice fleur bleue que je peux être parfois.

Ce qui reste à Vegas est un livre qui fait du bien, qui permet de s’attacher et de s’émouvoir, qui fait en sorte d’immiscer son lecteur au cœur des différents couples et qui donne envie de dire que tout est bien qui finit, bien peu importent les obstacles qui restent à franchir.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire