L’hiver n’est jamais froid au café de l’amour ~Julia Nole

J’adore les histoires familiales et quelle période autre que Noël est la propice à ce genre de roman ? Sincèrement aucune. Alors me retrouver au milieu des Rivolier, dans ce contexte précisément, pour ces raisons-là, m’a mis du baume au cœur et à l’âme.

Tout d’abord j’aimerais que l’on parle du décor dans lequel on se plonge dès les premières lignes : Saint Martin, petit village perdu dans les Alpes. Il a tout du décor idéal des fêtes de fin d’année. De sa place centrale, aux habitants qui se connaissent tous. De ses illuminations à ses chalets de Noël. Il sent bon le vin chaud, le café, la poudreuse et le gâteau au chocolat. On sait quand on y arrive, mais difficile à dire quand ni si on en repartira un jour. Un endroit magique donc pour un roman qui l’est tout autant.

C’est dans ce petit coin de montagnes que se sont rencontrés Lili et Tom. Dès leur plus jeune âge ils ont arpenté ses rues, imprégné ses bancs de leurs querelles et surtout animé le café de Madie. Ce dernier est au centre même de leurs vies passées mais également présentes et je l’ai espéré très fort futures.

” À quel moment ai-je commencé à apprécier de me trouver seule avec toi, Tom l’intrépide ? “

Julia Nole aborde avec ce livre un thème qui émeut forcément. Il est si dur de voir les êtres que l’on chérit changer de la sorte petit à petit. C’est un crève-cœur de chaque instant. Alors je n’ai pu que me ranger à l’avis de Lili tout du long. J’ai voulu croire en elle. J’ai souhaité si fort la voir réussir son projet pharaonique entrepris avec le cœur plutôt qu’avec la raison. C’est ce qui m’a fait craquer pour la jeune femme, car, bien que souvent à fleur de peau et quelque peu rêveuse, sans elle, sans son courage et tout l’amour qu’elle porte à sa grand-mère, la situation aurait été bien différente.

D’autant qu’elle se voit seule dans l’aventure, du moins dans un premier temps. Toutefois, je pense qu’il était nécessaire qu’elle en passe par là pour réaliser enfin ce qu’elle voulait faire de sa vie. Je l’ai trouvé admirable de retrousser ses manches avec cette volonté farouche de préserver ce lieu si cher à son cœur. Son côté enfantin aurait pu me décourager si elle n’avait pas été si bienveillante envers tous ceux qui l’entourent. Vraiment, je dois dire que sur ce livre c’est elle qui m’a conquise.

” Comment se fait-il que, chaque fois que je mets un orteil dans ce village, les choses ne tournent jamais à mon avantage ? “

La relation qu’elle vit avec Tom est aussi belle que tout le reste, bien qu’un peu plus longue à se mettre en place. Ils ont tellement de souvenirs en commun et ne se connaissent pourtant plus. Ils restent focalisés sur ce qu’ils ont vécu, mais ne cessent de se rapprocher au fil des pages. C’est une romance douce, tendre, vibrante de belles émotions, digne des plus belles romances de Noël.

” Je crois que j’ai un nouveau problème. Comme si je n’en avais pas suffisamment à gérer. “

L’hiver n’a jamais froid au café de l’amour est un roman porté sur toutes les facettes de ce sentiment qui peut se montrer si complexe. Il est émouvant, touchant, mais également plein d’espoir. Il est empli de personnages au grand cœur que j’ai pris un plaisir infini à rencontrer et à aimer. Il est sans aucun doute tourné vers la famille, vers ces liens que l’on développe bien malgré nous, dans les bons comme dans les mauvais moments.

Cette incursion à Saint Martin n’a été qu’un pur bonheur.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire