Savannah #1 ~ Nathalie Sulivane

Au milieu de toutes ces sorties « Noëllesque », Savannah fait un peu figure d’ovni. Moi qui adore tout ce qui touche aux fêtes, j’avais pourtant hâte de découvrir cette histoire et je peux vous dire que j’ai pris une claque avec cette lecture.

Tout d’abord, je dois vous parler des paysages qui sont décrits dans ce roman, de cette savane si aride et néanmoins si riche. De ces animaux qui peuplent cette région et qui donnent cette impression de se retrouver à l’autre bout du monde ainsi que de ces généreux habitants qui nous rappellent à quel point la vie peut être simple, avec ses difficultés, certes, mais que l’on peut vivre heureux avec peu. Dépaysement total garanti.

« La protéger, c’est de ça que j’ai envie. »

Je suis tombée amoureuse de Savannah, de ce refuge, des actions qu’ils entreprennent, mais aussi d’Amani qu’il est impossible de ne pas citer. J’ai adoré découvrir cet endroit et les gens qui l’habitent. Je me suis émerveillée de tout ce qui est décrit et me suis laissée charmer par la relation entre Jessy et Wilson qui connaît de nombreux hauts, mais également de nombreux bas.

« J’éprouve les mêmes sentiments que lui à mon égard et j’en ai une peur bleue. »

Il faut dire qu’ils possèdent chacun un chemin de vie compliqué, qu’ils ont vécu des drames, traversés bien des épreuves qui aujourd’hui les empêchent de s’épanouir réellement. De ce fait, les choses prennent leur temps, leur vision de l’autre est quelque peu assombrie. Toutefois, j’ai été vraiment touchée par ce qu’ils échangent, par ces peurs qu’ils ressentent. Entre sentiments et traumatismes, chacun essaie de faire au mieux.

Ce premier tome de Savannah a été un pur régal tant sur ce lien qui prend forme entre les principaux personnages que sur les raisons qui poussent Jessy à se rendre en Tanzanie. Il me tarde de savoir comment Wilson et elle vont pouvoir avancer maintenant qu’une partie de leurs secrets a été dévoilée.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire